.

Reden, Vorträge und Berichte


.

Impressions fugitives Manfred Peter Hein Germersheim
(10 novembre 2005)

 

Sous un nuage de cheveux blancs, le regard rieur. La salle est petite, chaude. L’homme feuillette, attend quelques instants encore.

Il lira ses textes les plus récents – une poignée de poèmes, mais tout d’abord un texte en prose – la suite de ce beau récit à la forme complexe, Fluchtfährte, paru en 1999 chez Ammann (Zürich). Sa voix s’assouplit au fil des mots, se colore d’humour.

Viennent les poèmes, que quelques mots précis jetés dans le silence de la salle rendent clairs tout à coup. Un voyage, Palestine. Brusquement, dans cette toute petite salle d’université et le craquement paisible de ses radiateurs surgissent un mur sur lequel une main hâtive a tracé des mots à la gloire de martyrs sans avoir le temps d’y ajouter les signes diacritiques nécessaires (Hein, le regard amusé, retrace d’une main légère les mots tronqués qu’il a transposés dans sa langue), des visages, un puits et son attente muette, un bazar, des couleurs, des parfums (citrons noirs – l’esprit s’empresse de croire à une métaphore, mais la main de l’homme aux cheveux blancs égrène des épices).

Rares sont les auteurs capables de lire avec suffisamment de légèreté et de naturel leurs propres œuvres – le texte est trop familier, trop proche, les mots longuement soupesés et goûtés les trahissent, leur échappent. Hein semble lancer un filet à la mer de sa voix grave et pleine. Ses mots le reconnaissent, sa voix les enveloppe, leur offre une mémoire.

Il n’existe pas d’enregistrement de Manfred Peter Hein lisant ses propres œuvres. Peut-être nous faudra-t-il nous contenter de nos propres voix pour retrouver l’écho de ses mots. Pourtant, quand je passe à côté de cette toute petite salle dans les couloirs bourdonnants du bâtiment de verre et d’ombre, il me semble que la sienne y résonne encore.

Natacha Royon - décembre 2005

L’université de Greifswald présente entre autres quelques poèmes de Manfred Peter Hein ainsi qu’un extrait de son récit Fluchtfährte sur le site
www.uni-greifswald.de/~dt_phil/litwiss/Gratz/mphein.html

zurück   top

[WWW-Adresse: Http://www.fask.uni-mainz.de/fbpubl/fax/royon-05-12.html - 30.12.2005 - HTML-Version: ddp]